Projet Espoir

Pensara, Pakistan

PENSARA, PAKISTAN

Nous le savons déjà, le sort des Chrétiens dans cette région du monde est loin d´être facile. Mais, ce village du Christ-Roi est aussi un symbole vivant d´Espoir. Le soutenir, comme nous le faisons déjà est une forme concrète d´engagement.

Mais passons à l´entrevue (voir la vidéo en anglais plus bas) :

Père Emmanuel Parvez (PP): avant toute chose, j´aimerais remercier mes amis, Père Antoine et autres, qui nous ont aidés à construire plusieurs maisons et à payer le salaire des professeurs. Je suis vraiment très content que vous nous ayez aidés. Maintenant, j´aimerais aussi confirmer que nous avons besoin de construire encore plus de maisons, un village entier de 200 habitations. Nous avons besoin d´aide pour les construire.


Père Antoine Coelho (PC): et combien de maisons avez-vous construit jusqu´à maintenant ?


PP : nous en avons construit 65. Ça fait 65  familles qui ont une maison avec une salle de bain et une cuisine et peuvent vivre ainsi avec dignité et respect.


PC : quelles étaient les conditions de vie de ses familles avant la construction ?


PP : les familles vivaient dans des bidonvilles, sans réels foyers et avec beaucoup de maladies, et maintenant elles sont arrivées dans ce beau village et les enfants peuvent aller enfin à l´école.

 

PC : et quel est le prix de chaque maison ?
PP : je dirais que l´on peut construire une belle maison entre 8.000 et 10.000 euros, avec deux pièces, des toilettes et une cuisine. 
PC : avant, c´était 7.000 euros
PP : oui
PC : qu´est-ce qui se passe ?
PP : c´est parce que le nouveau gouvernement a mis des impôts partout, tout est devenu bien plus cher, l´inflation est très élevée au Pakistan.
PC : oui

PP : mais j´aimerais aussi parler du tournoi. J´invite des équipes de foot de toutes les régions du Pakistan. Chaque année, 32 équipes de foot viennent, nous leur donnons de la nourriture, nous les logeons, nous les transportons. Et pendant une semaine, ils vivent en paix et en harmonie. Tout cela, c´est pour éloigner la  jeunesse du terrorisme, des drogues, de la violence, et les inviter à vivre en paix avec des gens qui professe d´autres religions. Et que chacun démontre du respect.

PC : ça veut dire que vous utilisez ce tournoi de foot avec des joueurs professant différentes religions comme un moyen pour amener une nouvelle mentalité de paix et d´harmonie au Pakistan

PP : c´est tout à fait correct. C´est l´objectif principal de ce tournoi, que Hindous, Musulmans,
Chrétiens puissent tous vivre en paix dans ce pays et nous voulons nous éloigner du terrorisme et de toute cette violence.

PC : et les équipes viennent du Panjab?

PP : il y a 5 provinces au Pakistan, au nord, nous avons Khyber, Baloutchistan au sud, nous avons Sindh et Gilgit Baltistan, et au centre, le Panjab. Les équipes représentent le Pakistan dans sa totalité.


PC : cela inclut aussi les régions qui sont plus connues à cause du fanatisme religieux ?

PP : c´est correct. Des équipes viennent aussi de là et les joueurs nous ont dits que quand ils sont
dans leur province, ils ne peuvent pas marcher en paix et en liberté. Mais ici, ils trouvent la paix et la liberté. Ils aimeraient que cela soit le cas partout au Pakistan.

PC : pouvez-vous nous donner le témoignage de jeunes musulmans qui ont fait partie de ce tournoi?

PP : oui, certains Musulmans sont du Baloutchistan, près de la frontière avec l´Afghanistan, ils nous ont dit que ce tournoi leur a ouvert les yeux, que la paix est le meilleur présent que Dieu puisse faire, et que nous devons tous la protéger. Donc ses Musulmans de ces zones extrêmes, près de l´Afghanistan ont vécu entre nous.

PC : quand avez-vous commencé ce tournoi Père ?

PP : nous avons commencé en l´an 2000. En janvier 2020, nous fêterons le vingtième anniversaire du tournoi.

PC : et vous avez commencé avec combien d´équipes ?

PP : d´abord, j´ai commencé avec 8 équipes. Après 16, ensuite 32, et cette année 60 équipes veulent venir. Je ne sais pas comment recevoir tous ses joueurs. Peut-être que nous allons avoir des matches amicaux
d´abord. Ce tournoi devient de plus en plus important. Et de plus en plus de gens viennent.

PC : quelle est l´attitude des autorités religieuses et civils ?

PP : j´ai invité des Imans, des Mullahs, des hommes politiques, le Nonce, les Évêques. Ils sont tous contents de venir et ils partent tous transformés par l´atmosphère d´ici. Le nonce une fois nous a dit, j´aimerais
pouvoir rester ici, c´est un si beau tournoi. Et deux amis anglais nous ont confirmé que c´était le meilleur que nous pouvions faire.

PC : vous nous avez dits que votre rêve serait de faire venir ici une équipe de jeunes joueurs venant d´Europe. Vous pouvez nous dire quelque chose à ce sujet? Avez-vous quelque chose à dire aux jeunes en Europe ?

PP : j´aimerais inviter des joueurs européens à venir jouer ici pour voir la beauté, la paix au Pakistan. La grande majorité de la population veut vivre en paix.